•  

    Si je pouvais refaire ma vie

    Si je pouvais refaire ma vie

     

    Si je pouvais refaire ma vie

     

    Chaque nuit devant ma fenêtre

    Je contemple ma vie passer

    Mes insomnies comptent les peut-êtres

    Dans une vie bête à pleurer.

     

    Je voulais vivre d’aventures

    Que j’aurais moi-même inventé.

    Je voulais par mon écriture

    Vivre des scènes imaginées.

     

    Refrains

    Si je pouvais refaire ma vie

    Pour enfin vivre ma passion

    J’effac’rais de mon horizon

    Tous les regrets, tous les non-dit.

     

    Si je pouvais refaire ma vie

    Pour enfin rencontrer ma chance

    Devenir un auteur comprit :

    C’est mon rêve depuis l‘enfance

    Si je pouvais refaire ma vie

    Si je pouvais refaire ma vie

    Couplets

     Écrire, ce n’est pas une tare

    J’ai ce talent ancré en moi

    Avec les jours, je me bagarre

    Car le temps vole, court après moi.

     

    Cette chienne de vie fait ce qu’elle veut

    Je suis un auteur au rebut

    Pourtant je fais ce que je peux

    Pour ne pas finir inconnu.

     

    Refrains

    Si je pouvais refaire ma vie

    Pour enfin vivre ma passion

    J’effac’rais de mon horizon

    Tous les regrets, tous les non-dit.

     

    Si je pouvais refaire ma vie

    Pour enfin rencontrer ma chance

    Devenir un auteur comprit

    C’est mon rêve depuis l‘enfance

    Si je pouvais refaire ma vie

    Si je pouvais refaire ma vie !

    Couplet

    Si j’avais simplement comprit

    Que la richesse et le piston,

    Malgré les discours, les dictons,

    Vaut bien plus que tous les écrits.

     

    Si j’avais seulement comprit

    Que tout est faux dans l’existence

    Que l’argent fait la différence

    Que rien n’est vrai dans cette vie

    Refrains

    Si je pouvais refaire ma vie

    Pour enfin vivre ma passion

    J’effac’rais de mon horizon

    Tous les regrets, tous les non-dit.

     

    Si je pouvais refaire ma vie

    Pour enfin rencontrer ma chance

    Devenir un auteur comprit :

    C’est mon rêve depuis l‘enfance

    Si je pouvais refaire ma vie

    Si je pouvais refaire ma vie !

     

     

    Couplets

    Mais je ne cesse d’espérer

    Dans un avenir compromit

    A quoi me sert de rêver

    Je sais très bien que c’est finit

     

    Il me faut admettre les choses

    Je n’ai plus grand-chose à offrir

    Et ça me rends plus que morose

    Puisque rien n’a pu réussir

     

    Refrains

    Si je pouvais refaire ma vie

    Pour enfin vivre ma passion

    J’effac’rais de mon horizon

    Tous les regrets, tous les non-dit.

     

    Si je pouvais refaire ma vie

    Pour enfin rencontrer ma chance

    Devenir un auteur comprit :

    C’est mon rêve depuis l‘enfance

    Si je pouvais refaire ma vie

     

    Si seul'ment j'avais tout compris  !

     

    N. Ghis.

    Texte écrit le 03 août 2017

     

     

    Si je pouvais refaire ma vie


    2 commentaires
  •  

    Mais quelle mouche t'a piqué?!

     

    Mais quelle mouche t'a piqué?!

     

    Mais quelle mouche t'a piqué?!

     

    Pourquoi as-tu cet air boudeur?

    Je vois bien qu't'es d'mauvaise humeur!

    Tu as ton air des mauvais jours:

    Sommes-nous au point de non-retour?

     

    Qu'est-ce qui fait qu'tu fais ta bêcheuse?

    Mais qu'est-ce qui ne va pas chez toi?

    Qu'est-ce qui te rends aussi grincheuse:

    C'est sur ton sort qu'tu t'apitoies!

    Refrains

    Mais quelle mouche t'a piqué?!

    Vraiment, c'est à n'y rien comprendre!

    Je ne sais pas à quoi m'attendre

    Si tu ne veux pas me parler

     

    Entre hier soir et aujourd'hui,

    c'est le monde qui tourne à l'envers.

    Tu me fais vivre un vrai calvaire

    Tu t'plais, à me pourrir la vie!

    Couplets

    Tu restes à bouder dans ton coin!

    Qu'est-ce qui fait que tu ne dis rien?

    Tu me regardes avec dégoût:

    N'y'a t'il plus d'amour entre nous?

     

    Tu as des choses à m'reprocher?

    Tu cherches à sabrer notre histoire?

    Il faut que j'arrive à savoir

    Pourquoi le monde vient d's'arrêter?...

    Refrains

    Mais quelle mouche t'a piqué?!

    Vraiment, c'est à n'y rien comprendre!

    Je ne sais pas à quoi m'attendre

    Si tu ne veux pas m'expliquer!

     

    Entre hier soir et aujourd'hui,

    c'est le monde qui tourne à l'envers.

    Tu me fais vivre un vrai calvaire,

    Et là, tu me pourris la vie!

    Fin

    Mais quelle mouche t'a donc piqué?!

    N.GHIS.

    Mais quelle mouche t'a piqué?!

    Texte écrit le 12 Mai 2016

    La Rose De Janvier 2016

    Mais quelle mouche t'a piqué?!


    6 commentaires
  •   

    Pas de musique.

     

     

    La plage étrangère

    (Slow d'été)

     

    Sous les palmiers dorés d'une plage étrangère

    Sous les palmiers dorés d'une plage d'été

    J'étais là, solitaire. Je marchais sur la plage.

    J'étais un homme seul et soudain je t'ai vu.

    *

    Tu étais comme la plage: tu étais étrangère.

    Je ne comprenais rien de ce que tu disais;

    Mais pourtant on a su dans nos yeux reconnaître

    Les couleurs de l'amour quand je t'ai embrassé

    Refrain

    On s'est aimés, follement aimés

    La nuit descendait sur la plage

    Et cachait nos corps aux indiscrets

    *

    C'était si bon de faire l'amour

    Dans la nuit brune, au clair de lune,

    Sur cette plage, loin de mon pays.

    *

    Sous les palmiers discrets d'une plage mystère

    Sous les palmiers dorés d'une plage d'été

    Nous étions deux enfants sur une plage étrangère

    Nous étions deux enfants fous d'un amour d'été.

    *

    Nous avons dépensé, gaspillé nos baisers

    Si bien que cet amour s'est bien vite consumé

    Et nous avons compris que tout était finit

    Que notre bel amour, d'un coup, avait vieilli.

     

    Refrain

    On s'est aimés, follement aimés.

    La nuit descendait sur la plage

    Et cachait tes larmes aux indiscrets

    *

    Elles m'ont laissé le goût salé

    De ton corps nu et vibrant d'amour

    Sur cette plage, loin de ton pays.

    *

    Elles m'ont laissé le goût amer

    De cette histoire, de mes regrets,

    Sur cette plage où l'été s'en est allé...



    N. Ghis.

    La plage étrangère (Slow d'été)

    Texte écrit en 1983

     


    4 commentaires
  •  

     

    Imprudence 

    Couplets

    Juste un rayon de lune éclaire le lit blanc
    Et caresse les draps où sa pensée la tord.
    Ils avaient rendez-vous au jardin sur un banc,
    Mais il n'est pas venu et pleine de remord,


    Le reproche en son cœur elle pleure sa défaite.
    Il étaient amoureux, il désirait son corps.
    Elle le croyait sincère, pour elle c'était un fait.
    Il ne faut jamais croire aux futiles accords !

    Refrain

    Son bonheur n'était pas à porté de sa main !
    Elle avait cru pourtant le frôler de ses doigts
    Mais l'amour, comme la vie, se fiche bien des lois !
    Il va, il vient, s'ennuie pour fuir un beau matin.

    Couplets

    Elle s'est donnée trop vite amoureuse éperdue,
    Ignorant la prudence : mère de la vertu,
    Elle s'est offerte à lui, sans réfléchir à elle,
    Espérant en l'amour qu'elle voulait éternel.


    Sa nudité cachée sur le drap éclairé,
    Elle repense à lui qui trahit son amour.
    Que peut-elle espérer d'un destin fracturé :
    Les souvenirs son là pour y penser toujours.


    Refrain

    Son bonheur n'était pas à porté de sa main !
    Elle avait cru pourtant le frôler de ses doigts
    Mais l'amour, comme la vie, se fiche bien des lois !
    Il va, il vient, s'ennuie pour fuir un beau matin.

    Couplets

    C’est dans son infortune qu’ elle respire les draps
    Ou l'odeur de son corps mêlé à son parfum
    La mettent en souffrance et dans tous ses états.
    Elle n'est pas encore prête à prendre le chemin


    Vers une guérison, l'oubli et la raison.
    Elle se ferme sur elle, elle pleure et se morfond,
    Le téléphone portable à porté de sa voix,
    Attendant un appel qui ne sonnera pas.

    Bis

    Le téléphone portable à porté de sa voix,
    Attendant un appel qui ne sonnera pas.

    N. GHIS.


    2 commentaires