• Sa vie à lui

     

    Sa vie à lui

     

    Sa vie à lui

     

    Couplets

    Un piano et des partissions

    Un mégot là qui se consume

    Dans un cendrier remplit à moitié

    Sur des pages de notes griffonnées

     

    Dans sa chambre, le lit est défait

    Et le ciel n'y est qu'artificiel

    juste une fenêtre, un bout d'horizon

    Lui inspire ses chansons.

    Refrain

    C'est sa vie à lui

    Remplie de si peu de choses

    C'est sa vie à lui

    Il ne demande pas autre chose

    Juste sa musique aux notes magiques

    Qui seule sait combler le vide

    Que ressent le cœur bien triste de l'artiste.

    Couplets

    Une guitare, un chien et deux chats

    Dans le coin, la cheminée flambe

    Et dans ce décor

    Entre rouge et or

    Le pianiste aime à s'y attarder

     

    Pour rêver qu'il est dans un monde

    Ou l'amour en est la fierté

    Enfin délivré

    De cette anxiété

    Qui l'empêche d’exister.

    Refrain

    C'est sa vie à lui

    Faite de toutes ces choses

    C'est sa vie à lui

    Moitié bleue ou moitié rose

    Seule sa musique, maîtresse magique

    Arrive à combler le vide

    Que ressent le cœur bien triste de l'artiste

    Couplets

    Il caresse la guitare de ses doigts

    Lentement, le feu mange le bois

    C'est l'instant rêvé

    Qu'il cherche à fixer

    Pour enfin se dépasser

    La fin

    (Bis)

    C'est sa vie à lui

    Faite de millier de choses

    Qui font de sa vie

    Un univers aux portes closes

    Seule sa musique, maîtresse magique,

    Le promène dans un monde

    Ou il est heureux et ou il se sent libre.

    Sa vie à lui

    N. GHIS.

    Texte écrit en Mars 1982


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 9 Juillet 2016 à 21:53

    Hello Ghislaine

    Encore une belle prose, bravo.

    Ecrit en 1982 ? Je croyais que tu n'était pas encore née à cette date hihihi

    Amitiés d'un oiseau blagueur

    Jo

      • Samedi 9 Juillet 2016 à 21:57

        Merci beaucoup pour tes gentils commentaires Cher Jo! 

    2
    Samedi 9 Juillet 2016 à 22:19

    bonsoir

    magnifique blog ..... bravo

    bonne soirée

      • Dimanche 10 Juillet 2016 à 12:32

        Merci beaucoup pour vos appréciations! Cordialement, N.GHIS.

    3
    Jeudi 7 Septembre à 09:26

    Bonjour

    parfois pris par sa passion on ne voit plus rien, on ne sent plus rien,

    sa vie s'arrete pour ces moments de passion,

    rien autour n'existe plus que son petit univers passionné

      • Jeudi 7 Septembre à 10:23

        C'est tout à fait ça ! Merci de m'avoir lu. Est-ce que j'ai bien imagé ce que peuvent ressentir les artistes (là, c'est son piano) mais n'importe quel artiste ressent à des échelle émotionnelles différentes , ce que ressent cet artiste. Combien de grand pianistes sont mort pauvres et dans une affreuse solitude sans être compris. Il n'y a qu'à se remémoré Camille Claudel  sœur de Rodin qui est morte folle parce qu'incomprise. Heureusement, aujourd'hui, il y a beaucoup plus de moyens pour se faire entendre et connaître même si l'on est pas reconnut au yeux de la gente artistique...

    4
    Jeudi 7 Septembre à 19:50

    Ah... la passion... sentiment intense et incontrôlable!!!... Quel joli texte yes Un petit passage chez toi ma jolie Ghis, car tu es dans mes pensées. J'espère que cela va un peu mieux de ton côté. Je te souhaite une douce soirée ma gentille amie. Plein de gros câlins et de bisous pour toi. A très bientôt...

      • Vendredi 8 Septembre à 10:48

        Merci pour ton passage ma Kannelia. Je suis toujours dans l'attente d'un mieux avec des soucis plein la tête et  je me défend de me répandre dans les blogs des amis(es) qui sont chers à mon cœur, tant que je ne reviendrais pas sereine et le cœur léger. Le gros de l'orage est passé : je suis dans l’œil de cyclone et j'attends de savoir à quelle sauce je vais être mangée, ou simplement retrouver la paix.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :