•  

    Pas de lampe à la fenêtre

     

     

    Pas de lampe à la fenêtre

     

    Tu étais mon ami

    Aujourd'hui, c'est finit

    Car celle qui t'aimais

    A préféré mes bras.

     

    Tu t'es trop amusé

    A jouer de tes charmes

    Avec d'autres femmes

    Que tu courtisais.

    Refrain

    Elle n'est plus la femme,

    Le fragile papillon

    Qui vient brûler ses ailes

    Au feu de ton plaisir.

     

    Elle n'est plus la femme

    Amoureuse et soumise

    A tes moindres caprices

    De mâle inassouvi.

    Couplets

    Ne remets plus jamais

    Ta lampe à la fenêtre

    Il est beaucoup trop tard

    Elle ne veux plus te voir.


    N'allumes pas ta lampe

    Pour l'attirer vers toi

    Sa lumière est cruelle

    Et lui fais bien trop mal.

    Refrain

    Elle n'est plus la femme,

    Le fragile papillon

    Qui vient brûler ses ailes

    Au feu de ton désir.

     

    Elle n'est plus la femme

    Amoureuse et soumise

    A tes moindres caprices

    De mâle inassouvi.

    Couplets

    Cette lampe est ton corps :

    Le goût de tes baisers,

    Personnifiant, pour elle,

    L’envie de t'approcher.

     

    Elle ne veux plus courir

    Se jeter dans tes draps

    Pour goûter ton amour

    Joueurs et passionnés.

    Refrain

    Elle n'est plus la femme,

    Le fragile papillon

    Qui vient brûler ses ailes

    Au feu de ton désir.

     

    Elle n'est plus la femme

    Amoureuse et soumise

    A tes moindres caprices

    De mâle inassouvi.

    Couplets

    Cette lampe menteuse

    Éclaire ta fenêtre

    Et veux dire pour elle :

    "Viens vite me retrouver".

     

    Elle a vu que tu n'es

    Pas homme à être honnête,

    Que tu préfères jouer

    Avec ses sentiments.

    Refrain

    Mais elle n'est plus la femme,

    Le fragile papillon

    Qui vient brûler ses ailes

    Au feu de ton plaisir.

     

    Non, elle n'est plus ta femme

    Amoureuse et soumise

    A tes moindres caprices :

    Elle est devenu mienne.

     

    Couplets

    Ses rêves de jeune femme.

    Tu t'en est amusé

    Par tes frasques assassines

    Jusqu’à la torturer.


    Ne mets plus cette lampe

    menteuse à ta fenêtre,

    Pour guetter sa venue,

    Elle ne reviendra pas.

    Refrain

    Car elle n'est plus la femme,

    Le fragile papillon

    Venant brûler ses ailes

    Au feu de ton désir.

     

    Non : elle n'est plus la femme

    Amoureuse et soumise

    A tes moindres caprices :

    Elle est devenu mienne.

    Couplets de fin

    Elle ne sera plus là

    Pour toquer à ta porte.

    Ce que tu as gagné,

    C'est que tu l'as perdu.

     

    Elle ne sera plus là

    Pour toquer à ta porte.

    Comme tu l’as perdu,

    Son cœur, je l'ai gagné…

     

    N. GHIS. Texte écrit le 09/05/2017 

    Pas de lampe à la fenêtre

     

    Texte écrit le 09/05/2017

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     " N'écris pas ! N'écris plus ! " 

     

    Texte choisit par    

     Compositeur - Mélodiste - Interprète - 

    Pour une composition musicale et une interprétation par lui-même. 

    Texte de Ghislaine Nicolas 

     

    Si je n'avais plus le temps 

     "means "if I had no more time..."


    Si le temps devait s'arrêter pour moi
    Si je n'avais plus que très peu de temps
    Je voudrais le vivre tout prés de toi
    Pouvoir me blottir au creux de tes bras
    *
    Si le temps devait s'arrêter pour moi
    Si je n'avais plus qu'une heure devant moi
    J'oserais enfin te dire cet amour
    Qui brûle mon cœur depuis tant de jours

                                                       REFRAIN

    Et je reste là, à te regarder,
    Là, comme un copain, à prendre ta main,
    A garder ta main pour calmer tes peurs.

    Et je reste là, comme un bon gros chien
    Qui lèche ta main pour calmer ses peurs,
    Pour te protéger, et se rassurer.
    *
    Je veux m'enivrer de l'odeur de ta peau !
    Je veux goûter à ta voix !
    Prés de ta chaleur moi je reste là.

     Moi je reste là.

             COUPLETS 

    Je n'ai jamais su par timidité
    Prendre le courage de te parler.
    J'avais tell'ment peur que tu me repousse,
    Que je préférais jouer la comédie.
    *
    Mais la comédie, celle de l'amitié,
    Alors que mon corps brûle tout entier,
    Me fait bien trop mal ! Je voudrais crier !
    Mes lèvres, pourtant, n'osent pas bouger.

       REFRAIN

    Et je reste là, à te regarder,
    Là, comme un copain, à prendre ta main,
    A garder ta main pour calmer tes peurs.

    Et je reste là, comme un bon gros chien
    Qui lèche ta main pour calmer ses peurs,
    Pour te protéger, et se rassurer.
    *
    Je veux m'enivrer de l'odeur de ta peau !
    Je veux goûter à ta voix !
    Prés de ta chaleur moi je reste là.

     Moi je reste là. 

                     COUPLETS

    Si le temps devait s'arrêter pour moi,
    Si je n'avais plus que très peu de temps.
    Si je n'avais plus qu'une heure devant moi.
    Si le temps devait suspendre son vol,

    Doublon

    J'oserai, alors, faire le premier pas.
    Te montrer cet homme que tu ne vois pas.
    Mes lèvres oseraient, alors, te donner
    Le feu de l'amour pour le partager.

     Bis

    Le feu de l'amour pour le partager.

     

    N. Ghis.  

      Si je n'avais plus de temps

    N. Ghis. 

    Texte de chanson écrit en 2005

    Tiré d'une poésie écrite en 1983

    sceau copyright 

      

     


    2 commentaires
  •  

     

     

     " N'écris pas ! N'écris plus ! " 

     

    Texte choisit par    

     Compositeur - Mélodiste - Interprète - 

    Pour une composition musicale et une interprétation par lui-même. 

    Texte de Ghislaine Nicolas   

    sceau copyright