• Le père et l'enfant

     

    Ce texte de chanson naquit suite à un film qui a marqué ma jeunesse. Vous aurez compris après avoir lu le texte que le père va partir pour un long voyage sans retour suite à une maladie qui paralyse chaque jour qui passe un peu plus ses mains de virtuose.

    Ce film est un mélodrame poignant que je n'ai jamais plus vu: même pas sur les écrans de télévision. J'aurais pourtant bien voulu le revoir au moins une fois; mais je ne me souviens plus du titre? Peut-être est-ce " Tu sera un homme mon fils ! " Je n'en suis pas sûr. Beaucoup de titre de films se ressembles...

    Le son mélodieux d'un piano qui joue des musiques douces

    m'inspire et me touche beaucoup !

     



    Le père et l'enfant

    Couplets

    Regardes-moi dit le père

    En prenant les main de l'enfant

    Écoutes-moi dit le père

    Car je n'ai plus beaucoup de temps

     

    Tu prendras bien soins de ta mère

    Tu es un homme maintenant

    Si sur mes mains descend l'hiver

    Toi tu as celles du printemps

    Refrains

    Le pianiste à rangé ses partitions

    Et passe le relais à son fils.

    Tu dois t'en faire une raison

    Le rideau tombe sur l'artiste

     

    Tu trouves que c'est un abandon

    Mais je ne peux faire autrement

    Acceptes cette décision

    Même si tu n'es qu'un enfant

    Couplets

    Mes mains ne savent plus caresser

    Ces notes qui les rendaient belles

    Car vois-tu sur le grand clavier

    Elles ne savent plus s'envoler

     

    Pareilles deux grands oiseaux blanc

    Dont les ailes se sont brisées

    Mes main soudain sont retombées

    Refusant l'effort demandé

    Refrains

    Le pianiste à rangé ses partitions

    Et passe le relais à son fils.

    Tu dois t'en faire une raison

    Le rideau tombe sur l'artiste

     

    Tu trouves que c'est un abandon

    Mais je ne peux faire autrement

    Acceptes cette décision

    Même si tu n'es qu'un enfant

    Couplets

    Mes mains ont consacré leur vie

    A ne servir que la musique

    Elles n'ont plus rien à espérer

    Peut-être un an ou bien un mois

     

    Ensuite viendra le silence

    Tout se taira autour de moi

    C'est alors que viendra l'absence

    Dont tu sais qu'on ne reviens pas

    Refrains

    Le pianiste à rangé ses partitions

    Et passe le relais à son fils.

    Tu dois t'en faire une raison

    Le rideau tombe sur l'artiste

    Couplets

    Pas de tristesse en toi fiston

    Je passe le relais à mon fils.

    Il faut se faire une raison 

    Le rideau tombe sur l'artiste

     

    Si sur mes mains descend l'hiver,

    Toi tu as celles du printemps

    Tu prendras bien soins de ta mère:

    Tu es un homme maintenant

    Refrains 

    Pas de colère en toi fiston

    Je passe le relais à mon fils.

    Il faut te faire une raison

    Le rideau tombe sur l'artiste

     

    N.GHIS.

     

    Et l'enfant se rappelle les mains de son père qui volaient sur le clavier...

    Texte écrit en 1980 

    Le père et l'enfant

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 9 Juillet 2016 à 09:43

    Coucou Ghislaine 

    Je ne suis pas certaine que ce soit le film "Tu seras un homme mon fils " avec Tyrone Power , effectivement il est pianiste mais il part à la guerre après avoir perdu sa femme à la suite d'un accouchement   et lorsqu'il revient son fils est déjà grand , il est élevé par une gouvernante qu'il épouse et puis tombe malade .

    Penses tu que c'est ce film ? 

    Sinon "tu seras un homme mon fils" c'est un poème de Kipling 

    http://www.1jour1actu.com/wp-content/uploads/if-poeme.pdf

    En tous les cas Bravo pour ton poème

    Bises

    Nicole 

      • Mardi 27 Juin 2017 à 23:55

        Je vais chercher dans ma mémoire enfantine ce qui est enfouis très profond et il est fort possible que ce ne soit que des souvenirs qui me parviennent incomplets ou faux: que j'ai ce souvenir sans bien savoir d'ou il me vient : c'est très vieux ! Je vais aller voir le liens que tu m'as laisser. Bisous.

      • Mercredi 28 Juin 2017 à 00:07

        J'ai écouté le poème de Kipling. Il est prenant, touchant, poignant et parle à la raison. Je ne le connaissais pas du tout. Merci de me l'avoir fait connaître. mais non: il ne réveille rien en moi. Je reste avec cette idée d'une histoire venu du font de ma mémoire sans pouvoir lui attribuer un titre puisque l'illusion de ce film dont je parle n'est qu'une illusion sortie des méandres de mon imaginaire, sans doute...  Mais, que c'est bizard, quand même ce souvenir apparemment inexistant ? Ghis. 

    2
    Samedi 10 Juin 2017 à 09:24

    beau poeme

    manque plus qu'un air de piano pour illustrer le tout

      • Mardi 27 Juin 2017 à 23:52

        Merci beaucoup pour votre compliment au sujet du texte et comme vous j'aimerais bien qu'on lui trouve au air approprié. Il ne tient qu'à mes deux amis musiciens / compositeurs / interprètes de le trouver cet air. J’attends patiemment leur choix car ce sont eux qui choisissent ce qui les inspirent. J'écris et ils choisissent... Bonne nuit à vous et à demain. Ghislaine.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :