• Imprudence

     

     

    Imprudence 

    Couplets

    Juste un rayon de lune éclaire le lit blanc
    Et caresse les draps où sa pensée la tord.
    Ils avaient rendez-vous au jardin sur un banc,
    Mais il n'est pas venu et pleine de remord,


    Le reproche en son cœur elle pleure sa défaite.
    Il étaient amoureux, il désirait son corps.
    Elle le croyait sincère, pour elle c'était un fait.
    Il ne faut jamais croire aux futiles accords !

    Refrain

    Son bonheur n'était pas à porté de sa main !
    Elle avait cru pourtant le frôler de ses doigts
    Mais l'amour, comme la vie, se fiche bien des lois !
    Il va, il vient, s'ennuie pour fuir un beau matin.

    Couplets

    Elle s'est donnée trop vite amoureuse éperdue,
    Ignorant la prudence : mère de la vertu,
    Elle s'est offerte à lui, sans réfléchir à elle,
    Espérant en l'amour qu'elle voulait éternel.


    Sa nudité cachée sur le drap éclairé,
    Elle repense à lui qui trahit son amour.
    Que peut-elle espérer d'un destin fracturé :
    Les souvenirs son là pour y penser toujours.


    Refrain

    Son bonheur n'était pas à porté de sa main !
    Elle avait cru pourtant le frôler de ses doigts
    Mais l'amour, comme la vie, se fiche bien des lois !
    Il va, il vient, s'ennuie pour fuir un beau matin.

    Couplets

    C’est dans son infortune qu’ elle respire les draps
    Ou l'odeur de son corps mêlé à son parfum
    La mettent en souffrance et dans tous ses états.
    Elle n'est pas encore prête à prendre le chemin


    Vers une guérison, l'oubli et la raison.
    Elle se ferme sur elle, elle pleure et se morfond,
    Le téléphone portable à porté de sa voix,
    Attendant un appel qui ne sonnera pas.

    Bis

    Le téléphone portable à porté de sa voix,
    Attendant un appel qui ne sonnera pas.

    N. GHIS.


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 1er Août à 09:54

    bien triste constat, pour avoir ce qu'ils veulent en amour certains sont des ignobles malfaisants cachés sous un mensonge de passion

      • Mardi 1er Août à 10:27

        Bonjour Philippe,

        C'est pourtant bien souvent une réalité concrète pour certaine jeune femmes d'aujourd'hui qui trop confiantes, se donnent trop vite en croyant avoir trouvé l'amour, ou simplement pour le sexe. Elles se croient femmes libérées... mais libérées de quoi, au juste ? De pouvoir s'éclater avec des garçons, des hommes qui profitent d'elles et changent de partenaires comme de chemises ! Elles ne se rendent même pas compte qu'elles ne sont que des objets de consommation  entre leur mains !

        Dans l'ancienne génération, Avant la loi Veille qui n'est pas la responsable dans cette affaire, les filles étaient plus sérieuses !  Nous savions nous, les femmes, qu'il ne fallait pas se donner toute de suite !  Qu'il fallait être prudentes et même avec de la prudence, des filles et femmes se faisaient avoir !

        J'ai fais attendre mon mari Jean-Michel jusqu'à notre mariage, lui, sapeur pompier et fringuant jeune homme  plein de vitalité. Vous me direz que ce n'était pas la même époque en 1969. Certaines jeune filles, comme moi, savaient se protéger des hommes bien trop pressants : De plus, je n'aimais pas ce genre de personnage. Je voulais que l'on me respecte avant tout, car sans famille autour de moi et sortant à peine de pension en 67 à tout juste 20 ans, je tenais à ma réputation. La différence avec les filles d'aujourd'hui, est très grande et sans aucune communes comparaisons avec l'époque dont je vous parle. Aujourd'hui, le sexe et la drogue font partie  intégrante des plaisir sexuels et pour beaucoup de jeunes, l'affaire est faite sans même réfléchir aux conséquences (Sida- overdoses et BB avant l'heure pour des filles de quinze ans.) Nous ne parlons que des rapports filles et garçons ! Les autres cas... Je n'en dirai pas plus ; mais je n'en pense pas moins. Passez une bonne journée  mon cher philippe ! A plus tard ! Ghis.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :